On distingue généralement trois types de sécheresse

  1. la sécheresse météorologique quand il y a une période prolongée de précipitations en dessous de la moyenne
  2. la sécheresse agricole quand il n'y a pas assez d'humidité pour les cultures. Cette condition peut avoir lieu même si les précipitations sont normales à cause des conditions du sol et des techniques agricoles, ou de choix de plantes inadaptées (ex : maïs ou riz, très consommateurs d'eau en zone sèche).
  3. la sécheresse hydrologique quand les réserves d'eau disponibles dans les nappes aquifères, lacs et réservoirs descendent en dessous de la moyenne. Ceci peut arriver même avec des précipitations normales ou au-dessus de la moyenne lorsque l'eau est détournée pour une autre zone géographique ou qu'elle a été surexploitée, ou quand qu'une consommation élevée d'eau dépasse les capacité de la nappe ou des réservoirs à se renouveler, ou quand les conditions d'alimentation des nappes (perméabilité du sol  ne sont plus réunies.

Dans l'usage le plus fréquent le mot sécheresse se réfère généralement à la sècheresse météorologique.

- Scientifiquement parlant, la sécheresse est appelée "déficit climatique" Dc.

Dc=P-ETP

  • P correspond à la pluviométrie en millimètres.
  • ETP est l'évapo-transpiration potentielle d'une plante en millimètres, c’est-à-dire sa perte d'eau par la respiration et l'évaporation.

Dc=0 en cas de sécheresse.

- Au niveau agricole, la sécheresse correspond à ce qu'on appelle le "déficit agricole" Da.

Da=P-ETP+RFU

  • RFU est la réserve facilement utile, c'est la réserve d'eau dans le sol disponible pour les plantes en millimètres. Elle vaut 2/3 de la RU qui est égale au taux d'humidité x la profondeur des racines.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :